MAITRISE DES ADVENTICES


Contrôle des adventices en GC bio : principes et leviers

Le projet Casdar Déherbage mécanique "
Optimiser et promouvoir le désherbage mécanique en grandes cultures et production légumière" (2009 - 2011)   a produit 2 brochures :

Brochure «Désherber mécaniquement les grandes cultures», 82 pages, juin 2012  >>

Brochure «Connaître les adventices pour les maîtriser en grandes cultures sans herbicide», 70 pages, août 2012  >>


Chardon des champs, rumex, folles avoines… parmi les plus problématiques à maîtriser

Une courte enquête a été diffusée en 2015 auprès des partenaires de l’ITAB (réseau GAB, réseau Chambres, chercheurs…), pour lister les adventices problématiques en grandes cultures en AB, apprécier celles à traiter en priorité de recherche et identifier les actions à mener.
Chardon des champs et rumex sont cités comme les plus problématiques parmi les vivaces, toutes régions confondues.
Les folles avoines sont elle aussi citées comme prioritaires à en prendre compte, au nord comme au sud, avec de fortes attentes sur une meilleure connaissance de leur biologie (conditions de levée notamment).
Des problématiques plus locales, liées aux conditions pédoclimatiques et aux systèmes de culture, sont aussi citées : vesces sauvages, sanve/ravenelle, chénopodes, ray grass… A noter : l’ambroisie, plante allergène, est citée en Bourgogne et en Poitou-Charentes, donc au-delà du couloir Rhôdanien où elle se développe depuis plus longtemps.





Consulter les résultats complets
>>


Variétés de blé concurrentes des adventices

La concurrence des cultures vis-à-vis de la flore adventice fait partie des leviers mobilisés pour participer au contrôle de cette flore.
Concernant le blé tendre, un programme de recherche (FSOV, 2013-2016) a permis d’avancer sur la connaissance de la compétitivité des variétés et sur les méthodes disponibles pour la caractériser.



Les principales conclusions sont :

  • L’effet variétal est démontré, que ce soit au niveau de la capacité du blé à limiter le développement des adventices, ou au niveau de sa capacité à tolérer leur présence (en limitant les pertes de rendement).

  • La hauteur (déterminante pendant la montaison, notamment en présence de ray grass) et la capacité à couvrir le sol (critère intégratif), plus en début de cycle qu’en fin de cycle, sont les critères les plus explicatifs de la capacité de la variété à concurrencer la flore adventice. Leur mesure est simple à mettre en œuvre, des méthodes d’évaluation ont été proposées, testées et validées.

  • Pour favoriser la capacité du blé à concurrencer les adventices, les conditions de réussite sont de :

    • Choisir des variétés compétitives.
    • Réussir le semis pour assurer un peuplement correct (notamment en utilisant des semences de qualité).
    • Maîtriser la nutrition azotée du blé : ni trop peu – situation possible en AB en cas de défaut de minéralisation - (le blé ne développera pas sa capacité à concurrencer les adventices), ni trop (au risque de nourrir les adventices au détriment de la céréale).

Les perspectives qui en ressortent :

Côté développement

  • Il est nécessaire de bien caractériser les variétés pour connaître leur potentiel compétitif : hauteur finale, mais aussi capacité à croître rapidement (hauteurs aux stades précoces) ; couverture du sol en début de montaison puis à épiaison.

  • Il est nécessaire de communiquer sur ces critères pour guider le choix des agriculteurs.

  • Cette capacité est importante en AB. Elle intéresse aussi l’agriculture conventionnelle, en réduction d’herbicide. Les besoins de caractérisation et de communication concernent toutes les agricultures.

Côté sélection


  • Les sélectionneurs disposent de critères à évaluer et méthodes d’évaluation pour repérer des génotypes compétitifs.

  • L’intégration de ces critères lors de l’inscription participera à en favoriser la prise en compte.

Côté recherche


  • Ce programme s’est intéressé à l’évaluation de caractères phénotypiques, en analysant ce qui se passe au-dessus du sol. Il reste à explorer :

  • Ce qui se passe dans le sol. Quels impacts des traits souterrains ? En particulier, quels sont les liens entre capacité à prélever éléments minéraux (azote en tête) et hauteur de la plante ? Quelles interactions avec les micro-organismes du sol ?
  • Les atouts de la biodiversité cultivée : comment associer plusieurs variétés pour (notamment) optimiser leur pouvoir compétitif ?

Consulter le site de la 5e Rencontre Scientifique du FSOV (23 mars 2017) où les résultats du projet ont été présentés >>
Une Table Ronde y a aussi abordé la question des apports de la sélection en AB pour l’agriculture conventionnelle.

Consulter l’article de synthèse du projet, extrait des actes de la Rencontre Scientifique >>

Télécharger le Guide de notation de la couverture du sol >>









Gestion de la flore adventice en grandes cultures


L’ITAB est membre du RMT (Réseau Mixte Technologique) FLORAD, piloté par l’ACTA. En savoir plus >>


A ce titre, l’ITAB a participé à la conception de la plateforme InfloWeb, pour mieux connaître et gérer la flore adventice.





             Accueil - Contact              Conception k-to-k