PROTECTION DES PLANTES - SUBSTANCE DE BASE

Huiles de colza et de sésame,
de bons synergistes pour les pyrèthres !





L’intérêt des huiles de sésame et de colza en matière de protection des plantes est leur capacité synergique et leur aptitude à remplacer le butoxyde de pipéronyle (PBO). Alimentaires, ces huiles ont un profil avantageux par rapport à tout produit semi synthétique tel que le PBO.

La recherche d’alternatives à l’utilisation du butoxyde de pipéronyle (A) comme synergiste1 des insecticides (pyrèthres naturels, pyrèthrénoïdes et carbamates de synthèse), c'ets à dire qui augmente l'efficacité de ces substances, a été menée suite aux contaminations montrées lors du projet Sécurbio (Casdar, 2011-2014). A partir de recherches bibliographiques, des huiles végétales ont été sélectionnées comme candidates à la substitution et les expérimentations toxicologiques ont été conduites. Les huiles de sésame et de colza se sont révélées intéressantes en tant que synergistes, en particulier dans la lutte contre les insectes prédateurs des denrées stockées : les charançons du blé (Sitophilus granarius), les capucins des grains (Rhizopertha dominica) et les alucites des céréales (Sitotroga crealella). D’autres résultats ont montré l’utilité de l’huile de sésame en tant que synergiste dans la protection des plantes2.

Le BPO permet de réduire la dose de substance active
Le butoxyde de pipéronyle est une substance semi-synthétique obtenue à partir du safrole (B). Ce synergiste d’insecticides, inhibe la détoxication des pesticides par le métabolisme d’insectes touchés grâce à une liaison avec une enzyme : le cytochrome P450 (CYP450). L'inhibition de cette enzyme est rapide. C’est la première action qui contribue à l'efficacité du BPO comme synergiste. Sans le BPO, le cytochrome P450 peut détoxifier les substances actives avant que l’effet insecticide se produise. L'addition d’un synergiste à un insecticide réduit donc la dose de substance active nécessaire pour produire l'effet désiré.


Molécule     




Nom

Butoxyde de
pipéronyle (A)

Safrole (B)Sésamine (C)Sésamoline (D)
OrigineHémi-synthétiqueNaturelNaturelNaturel
Chimie
SassafrasHuile de sésameHuile de sésame
 Similarité des molécules naturelles et synthétiques

Des essais d’alternatives naturelles concluants

Le PBO est fortement suspecté d’être un perturbateur endocrinien3. Il faut le remplacer par des alternatives naturelles et efficaces4. A terme, il est envisagé de développer d’autres techniques de protection physiques (CO2, gaz inerte, froid).
Les tests écotoxicologiques d’évaluation ont été réalisés pour les 3 huiles sélectionnées (colza, tournesol, sésame) selon la méthode CEB n° 135b. Il a fallu diviser par 10 la concentration minimum théorique des pyrèthres naturels pour obtenir une concentration sans activité insecticide. Les huiles aux concentrations synergiques ne manifestent pas d’activité insecticide. L’efficacité des huiles est conforme aux attentes, avec l’huile de tournesol inactive, comme attendu
5. Comme espéré, des résultats montrant une efficacité réelle des huiles de colza et de sésame ont été obtenus. L’huile de sésame est la plus active, sans doute car elle contient des molécules naturelles proches du PBO en termes de structure, la sésamine (C) et la sésamoline (D), deux composés, contenus dans les graines de sésame, protecteurs de l’huile par leurs propriétés antioxydantes6. L’huile de sésame, permet la synergie d’une concentration insecticide inefficace de pyrèthres naturels à hauteur de 40 à 50% et respectivement de 30 à 40% pour l’huile de colza.


Homologations obligatoires pour une utilisation officielle

En traitements phytosanitaires
L’huile de sésame a été proposée à l’approbation au règlement européen de mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques CE n°1107/2009 (RCE) en tant que substance de base ; son admissibilité a été refusée par la Commission Européenne au motif qu’elle ne soit pas une substance active mais dépend des articles 25 et 26 du RCE
c.
L’huile de colza, déjà approuvée au RCE, nécessite une demande d’extension d’usage pour l’usage synergique) auprès de l’Anses
d. Cette démarche est en cours auprès de fabricants/détenteurs d’une autorisation de mise en marché (AMM) pour l’huile de colza. Le dossier correspondant est un dossier du type « adjuvant ».
L’utilisation en AB sera directement possible puisque les huiles végétales sont listées dans l’annexe II du règlement CE 889/2008, malgré le fait que les synergistes n’y soient pas actuellement listés. De plus, ces huiles végétales seront admises en France puisqu’assimilables à des adjuvants et autorisés en AB en tant que tels dans la liste positive des adjuvants promulguée par l’INAO
e. En post-récolte, il faudra les faire approuver à l’annexe VIII pour cet usage.

En biocide
Les huiles végétales doivent être approuvées au règlement 528/2012. L’autorisation de mise sur le marché est d’un coût d’environ 250.000 €, malgré tout, il parait possible d’envisager un processus d’approbation sous le régime des produits biocides à faibles risques.

Interdiction totale du BPO en AB depuis septembre 2017
Le CNAB (Comité National de l'Agriculture Biologique) de l’INAO a voté le 17 mars 2016, suite à la proposition de la Commission des Intrants l’interdiction effective d’utilisation des produits contenant du butoxyde de pipéronyle (PBO) en protection des cultures en AB à compter du 30 juin 2017.
La commission s’était accordée sur les délais suivants :

  • Délai pour le retrait de la mention UAB sur les étiquetages des produits concernés à la vente et à la distribution : 6 mois après la mise à jour et parution du Guide des produits de protection des cultures utilisables en AB en Francef >>
  • Délai de stockage et d’utilisation du stock dans les exploitations agricoles certifiées AB : 1 an après la mise à jour et parution du Guide des produits de protection des cultures utilisables en AB en France

Les produits ont été signalés comme retirés dans ce guide, paru en septembre 2017, pour la protection des cultures biologiques en France.

En protection des cultures, il existe d’ores et déjà des produits ne contenant pas du PBO mentionné dans le Guides des Intrants. Certaines spécialités contiennent de l’huile de colza, mais pour ses propriétés insecticides.
La majorité des produits touchés concernait des spécialités avec « mention jardin » pour les JEVI (jardins espaces verts et infrastructures).

Il est nécessaire de travailler à la reconnaissance de l’huile de sésame en tant que synergiste (AMM national) pour étoffer l’offre en tant qu’adjuvant synergiste extemporané.

Mise en garde
Cet article fait état de résultats de recherches sur l’efficacité d’huiles végétales comme synergistes des insecticides, il ne propose en aucun cas des recommandations d'usages tant que leurs approbations et/ou AMM ne sont pas obtenues.





Notes

a - Les cytochromes P450 : enzymes qui interviennent dans des réactions d'oxydoréduction d'un grand nombre de grandes ou de petites molécules, qu'il s'agisse de métabolites ou de xénobiotiques — polluants, toxines, drogues, médicaments, etc.
b - Établie par la Commission des essais biologiques, la CEB n° 135 est une méthode d'essai d'efficacité pratique de spécialités insecticides ou acaricides destinées aux traitements des locaux de stockage de produits animaux ou végétaux (traitements par application de produits sur les surfaces)
c - Phytoprotecteurs et synergistes. Article 25 : Approbation des phytoprotecteurs et synergistes ; Article 26 : Phytoprotecteurs et synergistes se trouvant déjà sur le marché
d - L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail a pour mission principale d'évaluer les risques sanitaires dans les domaines de l'alimentation, de l'environnement et du travail, en vue d’éclairer la décision publique
e - Institut national de l'origine et de la qualité
f - Document officiellement reconnu par les pouvoirs publics, réalisé par l’ITAB, puis relu par l'INAO, la DGAl et la DPE.





Bibiographie

1 - Hodgson E., Levi P. E. 1998 Interactions of Piperonyl Butoxide with Cytochrome P450. In Piperonyl Butoxide: The Insecticide Synergist; Jones, D. G.; Ed.; Academic: San Diego, CA, pp 41-53.
2 - Eagleson C., Fruitdale, T. 1940 OIL SYNERGIST FOR Insecticides dedicated to the free use of the People in the territory of the United States N°2,202,145 Patented May 28,·1940 UNITED STATES PATENT OFFICE; il est à noter que ce brevet a initialement été mis à disposition des USA gratuitement, sans droits d’utilisation ni royalties. >>
3 - Marchand P A., Dimier-Valet C., Vidal R. 2017 Biorational substitution of piperonyl butoxide in Organic Production: effectiveness of vegetable oils as synergists for pyrethrums. Environmental Science and Pollution Research, pp. 1-7. doi.org/10.1007/s11356-017-1057-0
4 - Anoharan T. M., Muralitharan V., Reetha G. P. 2010 Effect of edible and non-edible oils as synergists in suppressing insecticide resistance in diamond back moth, Plutella xylostella (L.). Indian Journal of Entomology, 72(1), pp.11- 22
5 - Marchand PA., Kato MJ., Lewis NG. 1997 (+)-Episesaminone, a Sesamum indicum Furofuran Lignan. Isolation and Hemisynthesis. J. Nat. Prod., 60(11), pp. 1189-92.









La revue de l'ITAB consacrée aux techniques de l'AB

Des articles en ligne sur les techniques et la recherche en AB  sur toutes les filières rédigés par les acteurs du réseau


Septembre 2018

Auteur.e.s
Patrice Marchand, Rodolphe Vidal (Itab), Claire Dimier-Valet (Synabio)






             Accueil - Contact              Conception k-to-k